Un nouveau printemps silencieux?

visibility425 Views person Posted By: Christophe Henry list In: Proposer de l'alimentation en sauvant la biodiversité

Edito du 7 mars 2023

Un nouveau printemps silencieux ?

Vous savez comme je suis attentif à la santé de la biodiversité.  Si cela peut passer pour de la poésie, de la béatitude naïve ou un TOC ennuyant, aujourd’hui je ne peux faire autrement que de tirer la sonnette d’alarme !

Les oiseaux subissent actuellement la plus grande crise de grippe aviaire depuis de longues années. Il faut retourner aux années 1950, lors de l’utilisation du DDT (insecticide) qui a provoqué une intoxication telle que la biologiste Rachel Carlson a écrit ce fameux livre : « Le printemps silencieux » !

Elle y démontrait comment, dans la nature, tout est lié. Et comment un insecte qui mange une plante traitée au DDT, et qui va tuer lentement cet insecte, va permettre aux molécules tueuses, à travers cet insecte, de polluer notre alimentation et donc aussi… celle des oiseaux.

Ici la grippe aviaire, c’est autre chose.  Si elle se propage si vite, c’est l’effet de plusieurs facteurs.  D’abord, les concentrations de volailles sont des foyers très fragiles et qui permettent une prolifération du virus.  « Le nombre de poulets élevés de façon industrielle a cru de façon exponentielle: en 30 ans, le nombre de ces poulets est passé de 120 millions à 13 milliards d'individus » ( https://www.aviaire.fr/comprendre-la-maladie/d-ou-vient-la-maladie ).  Ils contaminent ainsi les oiseaux sauvages et les oiseaux migrateurs transportent le virus à travers le monde !

Dès lors, les populations d’oiseaux sauvages sont contaminées et contaminent petit à petit les volailles des autres continents qui, concentrées dans les élevages, succombent au virus.

Sans ces élevages, le virus si mortel n’aurait pas autant de possibilités de contamination. Actuellement, la transmission aux humains n’est pas encore observée (sauf quelques cas de proximité forte avec les élevages). 

Une fois de plus, nous pouvons observer comment la production industrielle déraisonnée peut mettre à mal notre souveraineté alimentaire et notre biodiversité. 

C’est convaincu de l’intérêt d’initiatives telles que la Coof que nous avons construit le projet à Fernelmont.  Avec vous et pour vous !  Reconstruire un paysage qui accueille la biodiversité, indispensable pour remplacer les produits phytos,  indispensable pour fertiliser nos sols et indispensable pour atteindre notre autonomie alimentaire (sans pétrole!). 

Quand vous changez votre régime alimentaire, quand vous optez pour des « circuits courts », quand vous décidez de ne plus manger de produits ultra transformés, en fait vous favorisez la biodiversité, la limitation de la production de CO2 et donc vous luttez contre le changement climatique. 

C’est le moment d’arrêter la chimie, les circuits longs et de nous construire un nouvel avenir.

Souvent, on se sent impuissant devant ces changements.  Alors que nous sommes le changement ! 

Alors bon appétit et merci de faire confiance à la Coof et aux producteurs locaux !

 Xavier 

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre